Cours Éthique et culture religieuse (ÉCR)

Lettre à Sébastien Proulx
Monsieur le ministre
Nous voulons signifier notre étonnement face à la réponse que vous avez fournie à la députée Agnès Maltais, suite au dépôt de la pétition signée par plus de 5000 personnes et votre engagement à réévaluer le cours Éthique et culture religieuse… (3 avril 2017)


Agnès Maltais a questionné ce matin le ministre de l’Éducation suite à sa réponse concernant la pétition demandant l’abolition du volet religieux du cours ECR. On peut voir et entendre l’échange ici (28 mars 2017)


Texte de la pétition pour le retrait du cours ÉCR à l’Assemblée Nationale 6 décembre 2016
Texte de la réponse à la pétition par le Ministre Sébastien Proulx (3 mars 2017)


Le dépôt de la pétition à l’Assemblée Nationale par Jean-François Lisée le 6 décembre 2016
Le point de presse auquel Andréa Richard et Daniel Baril ont participé
Pour plus d’information sur le véritable contenu du cours ECR, procurez-vous le volume La face cachée du cours Éthique et culture religieuse dont vous trouverez des extraits de l’introduction sur le blogue suivant : https://voir.ca/daniel-baril/2016/08/26/la-face-cachee-du-cours-ethique-et-culture-religieuse/


L’article de Chantal Abran, enseignante suppléante au primaire sur le cours ÉCR publié le 13 janvier 2017 sur le Huffington Post


Avis du Conseil du statut de la femmes sur le cours ECR qui contribue à augmenter les inégalités de sexe dans le système scolaire
«L’école participe encore au maintien des inégalités de sexe», selon un avis sur l’égalité entre les sexes en milieu scolaire publié ce matin par le Conseil du statut de la femme. «La croyance selon laquelle l’égalité est atteinte est largement répandue dans le corps enseignant, particulièrement chez les jeunes et les hommes. Cela freine la mise en place dans les écoles d’actions concrètes visant à lutter contre les stéréotypes et les inégalités», affirme sa présidente, Eva Ottawa. Le Conseil recommande, entre autres, de réviser les programmes d’histoire et d’éthique et culture religieuse et d’inclure des cours obligatoires sur les inégalités de sexe dans la formation des futurs enseignants.


Une recension du livre La face cachée du cours Éthique et culture religieuse par Jean Delisle dans la revue Argument.


Colloque sur le cours Éthique et culture religieuse (ÉCR)

Le cours ÉCR, le multiculturalisme et le renouveau pédagogique – Joëlle Quérin (vidéo fournie par l’AHQ)
Le cours ECR – Ce que cache l’«approche culturelle» – Daniel Baril (vidéo fournie par l’AHQ)
Qu’enseigne-t-on aux élèves dans le cours éthique et culture religieuse? Colloque de l’Association humaniste du Québec, en collaboration avec le Mouvement laïque québécois et les Sceptiques du Québec – Samedi 1er octobre 2016.
Sous le couvert d’une approche dite « culturelle » des religions, le cours ÉCR transmet aux élèves les croyances, les dogmes, les mythes et les pratiques de l’ensemble des religions de la planète, en plus des pseudosciences parareligieuses. La philosophie humaniste, l’incroyance et la non-observance religieuse sont par ailleurs totalement exclues des contenus. Nous sommes ainsi passés d’une école confessionnelle à une école multiconfessionnelle qui est pourtant sensée être laïque. La conférence présente un aperçu des contenus de manuels destinés aux élèves et réponds aux arguments avancés dans un récent volume de défense et de promotion du cours ÉCR.


Qu’enseigne-t-on aux élèves dans le cours Éthique et culture religieuse ?
Le Mouvement laïque québécois invite ses membres à s’inscrire au colloque organisé par l’Association humaniste du Québec en collaboration avec le MLQ et les Sceptiques du Québec.
Les conférenciers et conférencières invité-e-s ont tous contribué à l’ouvrage collectif : La face cachée du cours Éthique et culture religieuse (Leméac, 2016) et présentent des propos résolument critiques de ce cours.
Conférenciers :
Daniel Baril, anthropologue de formation et journaliste.
Nadia El-Mabrouk, professeure au département d’informatique de l’Université de Montréal.
André Gagné, professeur au Département des sciences des religions et d’études théologiques de l’Université Concordia.
Joëlle Quérin, professeure spécialisée en sociologie politique de l’éducation au Cégep de Saint-Jérôme.
Michèle Sirois, professeure d’anthropologie et de sociologie.
Le colloque s’est tenu le samedi 1er octobre 2016 de 13h30 à 17h30 au Centre humaniste du Québec, 1225, boulevard St-Joseph-Est, Montréal