Colloque sur le cours Éthique et culture religieuse (ÉCR)

Qu’enseigne-t-on aux élèves dans le cours Éthique et culture religieuse ?
Le Mouvement laïque québécois invite ses membres à s’inscrire au colloque organisé par l’Association humaniste du Québec en collaboration avec le MLQ et les Sceptiques du Québec.
Les conférenciers et conférencières invité-e-s ont tous contribué à l’ouvrage collectif : La face cachée du cours Éthique et culture religieuse (Leméac, 2016) et présentent des propos résolument critiques de ce cours.
Conférenciers :
Daniel Baril, anthropologue de formation et journaliste.
Nadia El-Mabrouk, professeure au département d’informatique de l’Université de Montréal.
André Gagné, professeur au Département des sciences des religions et d’études théologiques de l’Université Concordia.
Joëlle Quérin, professeure spécialisée en sociologie politique de l’éducation au Cégep de Saint-Jérôme.
Michèle Sirois, professeure d’anthropologie et de sociologie.
Le colloque se tient le samedi 1er octobre 2016 de 13h30 à 17h30 au Centre humaniste du Québec, 1225, boulevard St-Joseph-Est, Montréal

Inscrivez-vous sur le site de l’Association humaniste du Québec, co-organisatrice. Plus de détails
sur le site.


Histoire et enjeux de la laïcité au Québec

Université de Sherbrooke : dans la série des Conférences de la RéFAC
(Réunion étudiante pour une formation alternative et continue)
en collaboration avec le Mouvement laïque québécois (MLQ)

« Histoire et enjeux de la laïcité au Québec »
par Bernard Andrès et Michel Lincourt ,du Mouvement laïque québécois (www.mlq.qc.ca)

L’histoire de la laïcité au Québec remonte à l’époque des Patriotes. Elle a nourri des générations d’intellectuels jusqu’à la Révolution tranquille et la fondation du Mouvement laïque québécois. Depuis 35 ans, le MLQ milite pour la défense de la liberté de conscience et de religion, la liberté d’expression, la stricte égalité des sexes, la séparation de l’État et de toutes les religions dans le respect des lois civiles. Les enjeux actuels portent sur l’obtention d’une loi sur la laïcité de l’État et le parachèvement de la déconfessionnalisation du système scolaire.

Jeudi 13 octobre : 17h00

Université de Sherbrooke – Salle A1-128 


Notre mission

Depuis 1981, le Mouvement laïque québécois milite en faveur de la liberté de conscience.

Le Mouvement laïque québécois (MLQ) :

Le Mlq à la Cour Suprême

Le Mlq à la Cour Suprême

Le MLQ est un groupe de pression politique, fondé en 1981, indépendant de toute affiliation, ouvert aux citoyennes et citoyens de toute croyance ou confession, qui partagent le même objectif fondamental, celui de la laïcisation complète de l’État et des institutions publiques du Québec. Ultimement, le MLQ veut contribuer à l’instauration au Québec d’une république démocratique laïque.

Le MLQ n’est ni proreligieux ni antireligieux : il milite en faveur d’un aménagement de la vie en société qui permet aux croyants de toutes confessions et aux incroyants de vivre ensemble dans le respect mutuel, la liberté et l’égalité des droits de chaque citoyen devant la loi, à l’abri de toute forme de discrimination et de ségrégation. Le MLQ a toujours prôné la liberté d’opinion et de croyance qui, toutefois, doit s’exercer dans les limites des lois civiles.

La lutte pour la déconfessionnalisation du système scolaire et l’instauration d’écoles laïques sur l’ensemble du territoire québécois demeure l’un des principaux objectifs du mouvement. Le MLQ est également actif dans d’autres dossiers où la liberté de conscience est concernée. Il est intervenu notamment dans le débat sur l’avortement, l’élargissement de l’accès au mariage civil, la question de la monarchie constitutionnelle au Canada, le dossier de la prière dans les assemblées municipales.

Solidaire des luttes qui visent à défendre et à promouvoir les droits et libertés de la personne, le MLQ participe sur la place publique à de nombreux débats portant sur divers sujets d’actualité liés à la laïcité. Le MLQ décerne, chaque année, le Prix Condorcet-Dessaulles  pour souligner la contribution notoire d’une personne ou d’un groupe de personnes à la promotion et à la défense de la laïcité au Québec. Le MLQ, organisme sans but lucratif, finance ses activités grâce aux cotisations de ses membres et aux contributions de ses sympathisants. Il mène au besoin des campagnes de financement afin d’appuyer les recours juridiques qu’il entreprend, par exemple dans le dossier des prières et des signes religieux dans les institutions municipales.

À l’Assemblée générale annuelle, les membres adoptent les grandes orientations et élisent le Conseil national qui dirige le mouvement jusqu’à l’Assemblée générale suivante. Au cours de son mandat, le Conseil national veille à informer régulièrement les membres et à susciter leur participation active aux activités du MLQ, au moyen d’une politique d’information et de communication adéquate.